Un jeune diplômée de 24 ans se réjouit de son CDI comme éboueuse : « Maintenant, je vais pouvoir m’acheter une voiture »

Chaque citoyen devrait être libre de choisir la profession qu’il souhaite exercer, en fonction de ses aptitudes et de ses préférences, mais la réalité est souvent bien différente de cette sacro-sainte vision. Tous les emplois sont décents, cela ne fait aucun doute, mais ceux qui choisissent de se lancer dans de longues études s’imaginent, pour le moins, qu’ils pourront un jour travailler dans le même domaine. Malheureusement, ce désir est souvent déçu par la dure réalité : peu de possibilités d’émerger, une concurrence déloyale et des salaires de misère. La femme au centre de cette histoire, bien que diplômée depuis un moment, est l’un des nombreux jeunes qui ont dû renoncer à ce rêve.
Federica Castiglia a 24 ans et est diplômée en optique et optométrie, mais malheureusement, le marché du travail n’a pas récompensé son dévouement à ses études : « J’étais très indécise quant à mon cursus, raconte la jeune femme, j’ai choisi l’optique après avoir assisté à une conférence qui m’a marquée, je me suis inscrite et j’ai obtenu mon diplôme. Croyez-moi : j’ai vraiment fait beaucoup d’efforts, mais trouver un emploi a été difficile. Seulement des contrats d’apprentissage, sans aucune garantie ni perspective ». Les choses ont changé après que Federica, avec d’autres jeunes, a remporté un concours pour être embauchée comme éboueur par Asìa, la société municipale de collecte des déchets de Naples, sa ville natale : « Maintenant, je suis dans un endroit sûr, où les droits sont respectés et où le salaire correspond aux heures travaillées. Asìa représente une certitude pour mon avenir ».
Certains fronceront les sourcils : après tant d’années d’études, cette fille a maintenant choisi d’être ramasseuse d’ordures ? Pour Federica, la réponse est très simple : « C’est un emploi vrai, stable et, avouons-le, c’est un poste permanent qui offre d’amples garanties. Et je ne trouve rien de bizarre à ce qu’une diplômée choisisse librement d’être éboueuse comme métier ».


Pour Federica, être éboueuse est un travail de grande dignité et elle souligne que le meilleur sentiment est de ne plus avoir à dépendre financièrement de ses parents, un policier à la retraite et une femme au foyer, et de s’être installée pour pouvoir planifier son avenir. Un emploi stable lui permet de réaliser ces petits rêves qui lui semblaient impossibles auparavant, comme l’achat d’une voiture : Federica ne regrette pas d’avoir fait des études, mais elle reconnaît qu’elle n’en a pas été récompensée. Heureusement pour elle, tout s’est bien passé en fin de compte.
« Nous commençons avec un contrat d’apprentissage de 1 100 euros bruts, dont je ne sais pas combien ce sera net », a déclaré Federica, qui est néanmoins très heureuse : « Mais le tournant est que je vais maintenant avoir une base pour planifier l’avenir. Réaliser de nombreux projets. Et je prévois de passer ma vie dans cette entreprise. Parce qu’on ne renonce pas à un emploi permanent, surtout lorsqu’il est difficile de trouver autre chose. »
Nous ne pouvons que souhaiter à Federica, et à tous les nouveaux embauchés, bonne chance !

Like this post? Please share to your friends:
INFOS POSITIVES